Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

"Faire la grève" était pour moi une notion complètement absente de mon mode de fonctionnement, pensant que l'on avait pas à pénaliser les patients pour des revendications catégorielles. Mais ici il ne s'agit pas de revendications égoïstes, mais bien d'un profond changement dans l'organisation de la médecine en France. Le Tiers payant Généralisé est un leurre pour le patient. Il aboutira à terme à une dégradation de la qualtié de la médecine libérale, et ne fera faire aucune économie à la sécurité sociale bien au contraire

 

 

L'objet de ce blog a déjà été exposé précédemment. Il n'était pas question pour moi de poméliquer sur les choix de société pris pas la majorité, au travers des élus de la nation. Il s'agissait simplement d'éclairer mes patients au milieu du foisonnement des informations que l'on peut trouver sur Internet. Mais il est un sujet qui ne pouvait pas rester sans explication, celui du tiers payant généralisé.

 

Le nouveau projet de loi de financement de la sécurité sociale, tel qu'il est présenté par le ministre de la santé (PLFSS) prévoit de généraliser le Tiers payant Intégral pour tout le monde. Le but, bien sûr louable, est de faciliter l'accès aux soins à tout patient, quelque soit son niveau de revenu. Son principe rejoint celui de l'accès aux médicaments, avec la carte vitale, on ne paye pas les médicaments qui sont habituellement pris en charge par la sécurité sociale et la mutuelle complémentaire. On comprend aisément que cette mesure représente toute la philosophie de la sécurité sociale telle qu'elle a été voulue lors de sa création. C'est une volonté noble de faciliter l'accès aux soins des plus démunis.

 

Ainsi, si le projet est adopté en l'état, il suffira de donner sa carte vitale au médecin, et vous n'aurez rien à avancer. Cela n'est valable que pour les praticiens conventionnés en secteur 1, et qui ne pratiquent pas de dépassement d'honoraires. Pour les praticiens conventionnés du secteur 2, il faudra malgré tout payer directement le complément d'honoraires au médecin. Si votre mutuelle rembourse ces compléments d'honoraires, ils vous seront remboursés dans un deuxième temps.

 

Il faut savoir que le tiers payant existe déjà pour les patients bénéficiaires de la CMU et ceux bénéficiant de l'Aide Médicale d’État (AME). Dans certaines conditions, les patients en Affection Longue Durée (ALD) peuvent bénéficier de ce tiers payant. Mais ce qu'il est important de savoir c'est que seule la sécurité sociale intervient dans le remboursement de l'acte au médecin. C'est un élément important à souligner car ici il n'y a qu'un seul interlocuteur, l'assurance maladie. Mais même dans ce cas il est fréquent d'être confronté à un refus de remboursement de la caisse, sous des prétextes divers. L'exemple ci-après en est l'illustration parfaite. Il s'agit d'un patient CMU qui n'avait pas déclaré de médecin traitant, contrairement à ce qu'il m'avait annoncé. Mais il y a bien d'autres raisons

 

TIERS PAYANT GENERALISÉ, POURQUOI NOUS N'EN VOULONS PAS?
TIERS PAYANT GENERALISÉ, POURQUOI NOUS N'EN VOULONS PAS?

En outre la généralisation du tiers payant va introduire un nombre important de mutuelles qui vont intervenir dans la part de remboursement qui leur revient. Il devient alors extrêmement difficile pour le médecin de vérifier si le remboursement a bien été effectué, et l'expérience montre qu'il n'est pas rare d'être obligé d'intervenir et même de relancer l'organisme payeur. Les pharmaciens, déjà soumis à cette obligation, témoignent souvent leur difficultés dans ce domaine. C'est pourquoi la majorité des médecins sont opposés à cette mesure. le rapport de l'IGAS  (page 69, alinéa 245) souligne la complexité de la mise en oeuvre d'une telle mesure

 

Mais au delà de ces difficultés, qui vont introduire une activité administrative supplémentaire pour le médecin, alors que le gouvernement nous parle de « choc de simplification », se pose la question de la valeur économique d'une telle mesure. Sommes nous conscient du caractère inflationniste de ce projet ? Il est du naturel humain de privilégier ce qui est facile à obtenir, en l’occurrence pouvoir se « servir » du médecin à l'envi. Quoi de plus simple en effet de sortir une carte vitale, sans débourser un sou ? (contrairement à l'analyse faite dans le rapport de l'IGAS, on ne peut pas comparer le comportement d'un Français avec celui d'un Suisse, d'un Autrichien ou d'un Allemand, les cultures ne sont pas les mêmes). De l'autre côté que va faire le médecin ? Puisque le patient ne paye rien (enfin pour les secteurs 1), le risque majeur est de voir multiplier les actes. Et ce, quelque soit le degré de conscience du médecin. Cette inflation inéluctable des actes risque très rapidement d'aboutir à une explosion des dépenses de santé, l'état étant réputé ne pas honorer toutes ses dettes, les remboursements aux médecins risquent d'être d'abord retardés, puis probablement « régulés ». Peut-on penser que dans ces conditions la qualité de la prise en charge des patients sera améliorée ?

 

Comme plus de 90 % des médecins, je suis opposé à ce Tiers Payant Généralisé s'il devient obligatoire, d'autant qu'il est possible de nous demander de différer un encaissement lors de la remise de chèque, le temps que l'assurance maladie vous rembourse (4 jours avec la carte vitale), voire de payer avec une carte bleue à débit différé, qui laisse largement le temps d'être remboursé avant que la somme ne soit réellement débitée de votre compte. Il existe en outre des mutuelles qui proposent une carte santé à débit différé, permettant de rémunérer le médecin directement.

 

Alors à la question: le Tiers payant généralisé est-elle une mesure d'économie ? la réponse est pour moi clairement non. Malgré les calculs des "économistes" engagés, (la mutualité) il s'agit d'une mesure très complexe comme le témoigne le rapport de lGAS.  Va-t-elle améliorer la qualité des soins ? Là aussi on peut se poser cette question. Sans compter la dévalorisation de l'acte médical, la déres-ponsabilisation des patients, mais aussi des médecins.

 

 

Le 25/11/2015 :

Que dire de la volonté de la ministre de la santé de maintenir le vote de la loi alors même que les médecins ont, de manière tout à fait naturelle, cessé tout mouvement le jour des attentats à Paris.

Que dire de cet acte déloyal, dénué de tout sens démocratique, uniquement dédié à des objectifs électoralistes.

Pour faire référence au sondage d'Odoxa, si on demande aux français s'ils sont d'accord pour avoir un accès gratuit au restaurant une fois par semaine, nul doute que plus de 70% des réponses seront positives. Reste à savoir quelle sera la qualité du repas servi...

Partager cette page

Repost 0
dominiquegarcia.fr - dans Billet d'humeur